Grotte de Lascaux

En Périgord…

Le plus proche des pays lointains

Bernard Giraudel

Historiquement, le Périgord désignait un ancien Comté attaché au Duché de Guyenne. Avec la création des départements pendant la Révolution française, le Périgord devient Dordogne en 1790, selon des limites géographiques et hydrographiques.
Le nom de Périgord aurait pu tomber progressivement dans l’oubli, mais il a toujours été porteur de valeurs fortes et authentiques, en particulier l’histoire et la gastronomie. Et c’est pour des raisons touristiques qu’il a été crée dans les années 80, 4 Périgords à partir des 4 couleurs: vert pour sa végétation (au Nord), blanc pour ses sols crayeux ( au centre), noir pour le feuillage sombre de ses chênes (au sud-est) et pourpre pour l’évocation littéraire du vin rouge (au sud-ouest). Ce découpage et cette classification suivent simplement la variété des paysages et des sols d’un département pris entre les contreforts du Massif Central et les riches plaines alluviales du Bassin aquitain.
Aujourd’hui en Région Nouvelle Aquitaine, le Département de la Dordogne est essentiellement rural et compte avec la richesse de ses magnifiques paysages, de ses sites classés et de son terroir.
Mondialement connu pour sa grande richesse préhistorique, il a même été qualifié “pays de l’homme”, expression donnée en son temps par les instances touristiques. Dans la vallée de la rivière Vézère (“Vallée de l’homme”), se trouve une des plus impressionnantes collections de sites préhistoriques mondiale et pas moins de 15 lieux ont été inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco.
Un certain nombre des sites classés naturels en Périgord permettent encore la pratique de sports de pleine nature très attractifs: randonnées pédestres, VTT, spéléologie, escalade, canoë kayak…, et la Dordogne est la 1ère destination pour le canoë en France.
Bien plus prêt de nous dans le temps, les Châteaux du Périgord constituent une autre des merveilles du département.
Du Château fortifié au Château Renaissance, en passant par la Maison forte ou la Gentilhommière, il y aurait en Dordogne mille

et un châteaux édifiés depuis le 12ème siècle, constituant ainsi un patrimoine architectural et historique exceptionnel.
Mais le Périgord reste avant tout dans les esprits une terre d’accueil pour les gourmets ou il s’y produit de vrais trésors, plaisirs des papilles, et à travers eux des hommes et des femmes cultivent le meilleur de ce terroir béni: vin, foie et canard gras, truffe, cèpe, noix, fromage, fraise…autant de spécialités régionales qui contribuent ainsi à son étiquette très “gastronomie traditionnelle”.
Premier département touristique rural de France, le “pays de l’homme”, est bien celui de l’art de vivre, ou la culture est très présente. Preuve est faite, par exemple, avec des festivals nationaux et internationaux très implantés qui nous le rappellent un peu plus chaque année: Festival du Périgord noir, Festival des jeux de Théâtre, Mimos, festival international du Mime, Sinfonia… sans oublier la Félibrée, grande fête populaire occitane depuis 1903.

Le Périgord pourpre, au Sud-Ouest du département autour de Bergerac, faisait autrefois partie du Périgord blanc. Dernier crée, il en fut détaché face à l’explosion du tourisme, et notamment de l’œnotourisme.
C’est sûr, notre Périgord parle fort de terroir et patrimoine:
– La route des vins de Bergerac et de Pécharmant,
– Les Châteaux de Monbazillac, de Bridoire ou de Tiregand..
– Les bastides médiévales de Beaumont, d’Issigeac ou de Monpazier, classées parmi les plus beaux villages de France,
– On retrouve sur les très qualitatifs marchés comme celui de Bergerac, des producteurs, des artisans de bouche ou des maraîchers de qualité qui participent eux aussi à sa renommée et ces produits régionaux sont présents dans les nombreux restaurants à la carte sûre.
A l’écart de l’effervescence des grands sites touristiques, ce Périgord là est sans nul doute fait pour les épicuriens en quête de calme qui souhaitent se ressourcer.